Avez-vous déjà goûté ce liquide précieux, transparent et légèrement pétillant parfois directement produit par le bouleau blanc ? Cet arbre qui accompagne l’homme depuis la préhistoire, celui que l’on trouve facilement dans nos jardins, nos terrains en friche et nos forêts !

Le bouleau blanc : le cadeau de Mother Nature pour accompagner la cure détox

Le mois de Mars est le mois du Printemps, le mois des jours où il ne fait plus nuit à 18h, le mois où l’on commence à avoir envie de sortir le nez de notre tanière, le mois où l’on a envie de nettoyer la maison.

Le mois de Mars est aussi le mois des bourgeons, symbole d’une joyeuse renaissance à venir !

Utilisé depuis des centaines d’années, notamment en Europe du Nord, en Amérique et en Asie, le bouleau symbolise la purification et le renouveau.

Le printemps est une période propice à la cure de détoxification, celle qui nous permet d’opérer notre nettoyage intérieur, de faire de la place au sens propre, comme au sens figuré pour accueillir ce « nouveau ».

 Au-delà de cette symbolique, la sève de cet arbre est une bombe de minéraux…et ça, on aime !

Un concentré de minéraux et d’oligo-éléments pour le bonheur de notre foie et de nos reins !

Foret de bouleau article sève de bouleau

Le bouleau est un arbre généreux ! Toutes les parties qui le constituent ont des propriétés médicinales. L’écorce, les racines, les feuilles peuvent être préparées sous différentes formes, en décoction, en tisane, en compresse…

Entre fin février et mi- avril (la fenêtre est serrée…), l’arbre puise les minéraux et oligo-éléments de son sol et déploie son énergie pour faire remonter sa sève jusqu’aux futurs bourgeons. Ces derniers auront alors toute la force nécessaire pour pointer le bout de leur nez et se transformer en feuille.

Elle est riche en calcium, potassium, cuivre, fer, magnésium, manganèse, zinc…ce qui en fait un outil génial pour :

  • Contribuer au confort articulaire des sportifs, des personnes âgées et de toutes personnes en ressentant le besoin ;
  • Soutenir l’élimination des toxines telles que l’urée ou l’acide urique en stimulant les reins, ces mêmes toxines qui forment des petits cristaux pouvant provoquer douleurs aux articulations et calculs rénaux par exemple ;
  • Soutenir la guérison des problèmes de peau, en stimulant doucement notre foie ;
  • Retrouver une belle énergie en participant activement à la réactivation de notre vitalité.

Comment la consommer ? 

Elle se prend sur 21 jours minimum à raison de 200 ml/jour, à jeun de préférence.

La minute slow article presse

La minute slow

Une idée de routine matinale pour ces 21 jours :

  • 1 verre de jus de bouleau ;
  • Dérouler son tapis de yoga, sa couverture, sa serviette (ce que l’on a de disponible chez soi) ;
  • S’offrir 15 minutes pour soi…le temps pour notre corps d’absorber toute l’énergie de cet arbre ; Respirer, méditer, écrire, dessiner, chanter, danser…tout ce qui vous fait plaisir ;
  • Préparer son petit déjeuner si l’on en ressent le besoin.

Comment se procurer de la sève de bouleau de qualité ? Une sève vivante, pure et française s’il vous plait !

Option #1 : S’approvisionner directement auprès de l’arbre.

C’est le moyen le plus slow ; le plus fun, le plus instructif ET le plus économique (c’est gratos) : On mélange sortie dans la nature, travaux manuels, et TP de SVT ! Qui dit mieux ? C’est slow naturo à fond !

Pour cela, nous avons besoin :

  • Un arbre adulte dont le tronc a atteint un diamètre assez important et poussant loin de toute source de pollution ;
  • Un foret ou une perceuse ;
  • Un tube en plastique ;
  • Une bouteille plastique pour récupérer le liquide.

On procède ensuite comme ce monsieur (Merci à lui pour ce partage) : https://www.youtube.com/watch?v=y21MU_PNIU0

L’idéal est de consommer une sève récoltée le jour même. Néanmoins, la sève récoltée se conservera au frais, dans une bouteille remplie à ras bord (afin d’éviter le contact avec l’oxygène) et de préférence en plastique. Le plastique est plus malléable que le verre, ce qui lui permet de se déformer légèrement pour supporter plus facilement la pression induite par la fermentation de la sève et donc de limiter le risque d’explosion.

Option #2 : Repérer les producteurs proches de chez vous

Nous n’avons pas tous la chance d’avoir un beau bouleau blanc à proximité ! Dans ce cas, nous pouvons repérer les producteurs proches de chez nous. Et si nous manquons de producteurs, voici un fournisseur que je recommande dans le sud de Bordeaux. Testé et approuvé !

Les Quatre Bornes à Cabanac et Villagrains.

Option #3 : La sève de bouleau en magasin bio

Dans votre magasin bio ! Certains proposent une sève fraîche et répondant à tous les critères de qualité.

Dans tous les cas, une sève de bouleau de qualité répond à certains critères :

  • Fraîche et vivante
  • Française
  • Non pasteurisée
  • 100% pure :  sans nano-filtration, sans conservateur (alcool, soufre…)

L’indice essentiel à avoir en tête : le conditionnement !

Pour répondre à tous ces critères, la sève doit être conditionnée en BIB, donc en cubi (oui…comme les cubis de vin ; dans un sac spécifique placé lui-même dans un carton) et conservée au frais.

C’est un produit vivant. Par conséquent, son goût et son apparence pourront légèrement se modifier pendant la durée de conservation parce qu’elle va fermenter, ce qui ne l’empêchera pas d’être consommée, bien au contraire !

La lactofermentation est un processus de conservation naturelle qui démarre quelques semaines après la récolte grâce aux glucides présents dans la sève. Une semaine après la récolte, nous pouvons d’ores et déjà observer qu’elle commence à se troubler. Les bienfaits de la sève de bouleau sont préservés. Elle deviendra même un véritable atout pour notre microbiote intestinal.

La minute slow article presse

La minute slow

Qui dit sève de bouleau dit saisonnalité ! N’oublions pas que c’est un produit du Printemps. La fenêtre de production est assez courte, elle dure environ 5 semaines. Elle débute fin février et se terminera début avril. En respectant cette saisonnalité, la sève sera de qualité et le rythme de l’arbre sera respecté.

Merci à Margaux Rousselot.

Vous souhaitez ralentir le rythme ?

Inscrivez-vous pour recevoir mes inspirations et conseils pour retrouver le goût des bonheurs simples

FacebookTwitterPinterest
FacebookTwitterPinterest